• Accueil du Sanctuaire national St. JP II
  • Actualités
  • Préserver l’héritage du Bienheureux Jean-Paul II
  • Préserver l’héritage du Bienheureux Jean-Paul II


    Remarques du Chevalier suprême Carl A. Anderson

    Il y a de cela seize ans, le Pape Jean-Paul II se déplaçait à New York pour prendre la parole devant l’Assemblée générale des Nations Unies. Il venait, selon ses propres mots, « […] en témoin, témoin de la dignité de l'homme, témoin de l'espérance, témoin de la conviction que le destin de toutes les nations se trouve dans les mains d'une Providence miséricordieuse. »

    Dans sa Lettre encyclique Spe Salvi, le Pape Benoit XVI s’exprimait de la manière suivante : « Dieu est le fondement de l'espérance – non pas n'importe quel dieu, mais le Dieu qui possède un visage humain et qui nous a aimés jusqu'au bout – chacun individuellement et l'humanité tout entière » (31).

    Voilà le message que nous – Chevaliers – devons partager de toutes les manières possibles, partout où cela s’avère possible et auprès du plus grand nombre possible.

    Comme l’écrivait le pape Benoît XVI, « il n'est jamais trop tard pour toucher le cœur de l'autre […]. En tant que chrétiens nous ne devrions jamais nous demander seulement: comment puis-je me sauver moi-même? Nous devrions aussi nous demander: que puis-je faire pour que les autres soient sauvés et que surgisse aussi pour les autres l'étoile de l'espérance? » (48).

    Chacun d’entre nous a eu le privilège d’avoir vu et entendu le Bienheureux Jean-Paul II, soit en personne ou à la télévision. Nous l’avons connu – particulièrement comme étant un ami spécial des Chevaliers de Colomb. Et je crois que les générations futures seront envieuses qu’il en ait été ainsi pour nous. Et je crois qu’elles nous questionneront sur que nous aurons fait pour garder vivante sa mémoire, son héritage et sa vision.

    Dans son message adressé aux Chevaliers de Colomb en 2003, le Pape Jean-Paul II écrivait :

    « En étant les témoins de ‘la foi agissant dans l’amour’, les Chevaliers peuvent offrir à notre monde un signe puissant de la présence du Royaume de Dieu et une invitation attrayante à redécouvrir les raisons qui donnent espoir à l’Église. Ce témoignage d’une espérance qui ne déçoit pas est particulièrement important. »

    Aujourd’hui, c’est avec beaucoup de fierté que, suite aux décisions récentes du Bureau des directeurs, les Chevaliers de Colomb seront en première ligne de la préservation de son héritage pour les générations à venir.

    Durant l’année à venir et en étroite collaboration avec le Cardinal Donald Wuerl de l’archidiocèse de Washington et de Mgr Allen Vigneron, archevêque de Détroit, nous établirons un centre national et un sanctuaire dédié au Bienheureux Jean-Paul II à Washington. Nous poserons également les jalons d’un musée permanent dédié à la vie et à la papauté de Jean-Paul II et, pour donner suite de façon permanente à son désir de favoriser l’unité et la solidarité entre les peuples de notre hémisphère, nous établirons également un nouveau musée dont l’objectif sera de souligner l’héritage du catholicisme en Amérique du Nord depuis 500 ans. Ce sera un endroit où les pèlerins de langue anglaise, hispanique et française de partout en Amérique du Nord pourront apprécier la mission et l’héritage de l’un des plus grands papes de l’histoire. Il s’agira également d'un endroit où ils et elles pourront continuer à se placer sous sa bénédiction. Nos enfants et nos petits-enfants pourront, par la même occasion, y découvrir les différentes facettes de l’héritage exceptionnel dont ils sont les bénéficiaires en tant que catholiques. Ils y seront fiers d’être catholiques.

    Pour abriter ce projet, nous procèderons à l’acquisition du Centre culturel du Pape Jean-Paul II à Washington, D.C., qui est situé à proximité de trois autres institutions que les Chevaliers de Colomb soutiennent depuis longtemps, c’est-à-dire la Basilique du Sanctuaire national de l’Immaculée-Conception, l’Université catholique d’Amérique et la Conférence des Évêques catholiques des États-Unis.

    Fidèle à la vision de Jean-Paul II et s’inspirant de l’histoire de sa vie, ce sanctuaire constituera une opportunité d’évangéliser et de répandre la bonne nouvelle de l’Évangile à travers la Nouvelle évangélisation.

    Il y a de cela quelques jours à peine, je recevais une lettre du Cardinal Tarcisio Bertone, Secrétaire d’État du Vatican, dans laquelle il exprimait son soutien envers notre projet dans ces mots :

    « Je vous offre mes vœux sincères pour sa réalisation fructueuse. J’apprécie non seulement d’une manière particulière le désir des Chevaliers de cultiver la dévotion au défunt pontife, mais aussi leur volonté de poursuivre son enseignement perspicace de la relation complexe entre la foi et la culture dans le Nouveau Monde. […] Je suis particulièrement gratifié que votre Ordre ait souhaité poursuivre cette vision dans le cadre de son engagement en faveur de la nouvelle évangélisation et de sa volonté de renforcer le témoignage de l’Église au Christ à chaque niveau de la société américaine. »

    Le Pape Jean-Paul II s’est déplacé aux États-Unis à sept reprises. Parmi ces périples, notons sa participation aux Journées mondiales de la jeunesse qui se déroulaient ici même, à Denver, il y a de cela 18 ans. Neuf ans plus tard, il transporta de nouveau les Journées mondiales de la jeunesse sur ce continent, à Toronto, durant l’une de ses nombreuses visites au Canada. Rappelons-nous également que son premier périple en tant que pape fut effectué sur ce continent, à Mexico, pour rendre visite à la mère de l’Amérique, Notre Dame de Guadeloupe. Notons finalement qu’une foule évaluée à cinq millions de personnes – l’une des plus importantes de l’histoire – participa à la messe qu’il célébra à Manille, le 15 janvier 1995.

    En raison des efforts infatigables qu’il déploya pour l’évangélisation, une génération toute entière de catholiques est maintenant connue sous le nom de « génération Jean-Paul II ». Et nous sommes honorés de perpétuer ce profond et puissant message d’espérance non seulement pour notre pays, pour notre continent et pour le monde.

    Durant la dernière année, j’ai rencontré le Pape Benoît XVI qui profita de l’occasion pour m’exprimer sa gratitude envers les Chevaliers de Colomb et leurs nombreuses contributions envers le Saint-Siège. Il m’a également été permis de visiter le collège Dartmouth et l’Académie navale, y observant l’avenir de l’Ordre à travers les jeunes Chevaliers motivés qui s’y trouvent. En Amérique latine, j’ai été à même de constater de mes propres yeux les sacrifices consentis et le bien accompli par les Chevaliers de Colomb au Mexique et à Cuba.

    J’ai également été honoré de représenter l’Ordre à l’occasion de la béatification de Jean-Paul II à Rome et de me joindre à plusieurs Chevaliers du Canada au moment de la canonisation du Frère André. À travers les innombrables actions accomplies par les milliers de conseils, nous savons que John F. Kennedy ne s’y trompait pas lorsqu’il affirmait que sur terre, nous devons faire nôtre l’œuvre de Dieu. Nos actions charitables auprès des personnes qui sont dans le besoin à travers le monde et à qui nous offrons un nouvel espoir constituent des témoignages quotidiens de cette vérité .

    Notre travail porte ses fruits en ayant redonné l’espoir, aux enfants d’Haïti, pour les orphelins du SIDA en Afrique, pour les familles du Pakistan et, plus près de nous, aux enfants qui ont froid durant l’hiver, pour les communautés frappées par les catastrophes naturelles et pour les familles aux prises avec la faim tout au long de l’année.

    Mes Frères Chevaliers, nous sommes appelés à être des témoins de l’espérance. Non seulement entre nous, non seulement dans nos conseils, nos paroisses et nos communautés, mais aussi dans le monde entier. « Dans l’espérance nous sommes sauvés. » Allons de l’avant et partageons cette espérance salvifique. Vivons différemment – dans l’espérance – afin que nous puissions venir en aide aux autres tout en les inspirant. Voilà le témoignage auquel les hommes solides sont appelés. C’est le témoignage des Chevaliers de Colomb.